Carreleurs

Les carreleurs sont des ouvriers qui se chargent de poser des carreaux dans différentes pièces d’une maison ou sur d’autres surfaces. En général, ils exercent leur métier sur des chantiers et interviennent dans des bureaux, des habitations ou autres pour refaire ou corriger le revêtement du sol et des murs avec des carreaux appropriés.

  • Les qualités d’un bon carreleur
Carreleur

Un bon carreleur doit avoir le sens de l’esthétique

Un bon carreleur doit avoir le sens de l’esthétique. Il doit impérativement maîtriser toutes les techniques de pose de carreaux. Il lui faut être capable de conseiller ce qui est bon (carreaux, colle, type de pose,…) en fonction des spécificités des surfaces à revêtir. L’honnêteté, le sens du travail en équipe et du respect des délais sont entre autres des qualités qui permettent aux carreleurs de réussir dans leur métier.

 

  • Les outils et les équipements des carreleurs

Pour mener à bien son activité, le carreleur a besoin d’un certain nombre d’outils. Un crayon, un mètre, un cordeau et une règle sont nécessaires pour les mesures et le traçage. Une lisseuse, une équerre et un niveau à bulle interviennent lors de la mise à niveau de la surface à revêtir. Alors qu’une truelle et un récipient sont nécessaires à l’apprêt de la colle, la spatule dentelée sert à l’étaler. Si la meuleuse, la pince à céramique et la carrelette servent à couper les carreaux, le maillet est utile à leur ajustement. Des croisillons permettent de maintenir un écartement régulier entre les carreaux. Les lunettes de protection, les gants et les genouillères servent à protéger le carreleur.

 

Pour devenir carreleur, il existe des formations qualifiantes qui s’articulent en quelques mois de cours pratiques soutenus par des stages en entreprise, sur des chantiers. Encore appelé dalleur, carreleur-mosaïste, carreleur-faïencier, ce professionnel peut suivre au préalable une formation diplômante sanctionnée par un certificat d’aptitude professionnelle (CAP), un brevet professionnel (BP), un brevet de technicien (BT), etc.

 

  • Rémunération et profil de carrière des carreleurs

Lorsqu’il est installé à son propre compte, le carreleur peut toucher entre 2000 et 3500 euros par mois. Cette rémunération dépend de la fréquence de ses interventions. Très souvent, il est salarié d’une société du bâtiment. Il débute sa carrière avec le smic : il reçoit environ 1150 euros par mois. Mais ce montant évolue avec son ancienneté et l’appréciation de sa hiérarchie. Lorsqu’il est très expérimenté, le carreleur peut facilement être chef de chantier, chef de projet dans le bâtiment.

 

  • Les difficultés rencontrées dans le métier de carreleur

Le carreleur intervient après le gros œuvre sur un chantier et son travail se fait souvent en collaboration avec d’autres ouvriers (électricien, maçon,…). Il arrive qu’il accuse du retard du fait de la lenteur de ses collaborateurs. Parfois, le client donne des directives qui s’écartent largement des exigences du métier. Et ce n’est pas toujours facile de le ramener à la raison. Pour la pose de carreaux, le carreleur alterne entre les positions assis et debout, ce qui est physiquement éprouvant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *